Retour accueil

Vous êtes actuellement : Loi BLANQUER 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Loi Blanquer dite de "l’école de la confiance" votée à l’assemblée

CR des débats au jour le jour et analyse

mardi 19 février 2019

Le projet de loi « pour l’école de la confiance » a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 19 février. Le texte sera alors renvoyé devant le Sénat qui devrait l’étudier à partir de début avril. Compte tenu de la procédure accélérée à laquelle il est soumis, il sera définitivement adopté par la commission mixte à l’issue du vote du Sénat.

En premier lieu, vous trouverez le communiqué de presse FSU du 13 février qui analyse les effet de cette loi.

Et aussi le point sur les principaux articles de la loi avec une analyse du SNUipp-FSU :

PDF - 140.7 ko

Le texte complet adopté :

PDF - 532.1 ko

En complément : nous avons compilé ici le compte-rendu des débats sur la base des infos relayées par le café pédagogique, présent dans l’hémicycle.
- L’expresso du lundi 11 février : La loi Blanquer devant l’Assemblée nationale

Adoptée par la commission de l’éducation de l’Assemblée, la loi "sur l’école de la confiance" sera étudiée à partir du 11 février par l’Assemblée. Plus d’un millier d’amendements (1086 précisément) ont été déposés, soit le double des textes étudiés en commission. C’est dire que le passage en commission a plus obscurci qu’éclairé le projet de loi. C’est dire aussi que la loi Blanquer penche sérieusement à droite, avec des mesures de rupture comme le financement des écoles maternelles privées par les communes ou l’autoritarisme de l’article 1. La loi est aussi apparue marquée par un certain amateurisme, avec plusieurs articles mal rédigés. Les députés adopteront-ils l’article 1 dans sa rédaction quasi inchangée ? Donneront-ils le feu vert au ministre pour supprimer l’évaluation indépendante de l’Ecole avec la suppression du Cnesco ? Décideront-ils de transférer 150 millions à l’école privée pour un gain nul pour le pays en adoptant l’instruction obligatoire à 3 ans ? Feront-ils passer les écoles rurales sous la direction des collèges avec l’école du socle ? Donneront-ils tout pouvoir au ministre pour décider de la réforme territoriale et de la formation des enseignants ?

L’article complet ici

- L’expresso du du 12 février 2019 : l’assemblée adopte l’article 1 et glisse "à droite"

Au terme de longs échanges entre le ministre, la rapporteure AC Lang et les députés, l’Assemblée nationale a adopté le 11 février vers 23h l’article 1 de la loi Blanquer. Le texte a été légèrement modifié par un nouvel amendement de la majorité qui ne change ni la portée ni la signification du texte. La discussion a été marquée par un net raidissement de la majorité qui a défendu cet article avec acharnement. La majorité a aussi adopté un amendement d’E Ciotti imposant le drapeau tricolore dans chaque salle de classe. Avec la loi Blanquer, la majorité a ainsi basculé à la droite de la droite et versé dans le populisme et l’autoritarisme.

L’article complet ici

- L’expresso du du 13 février 2019 : un débat nauséeux

"On ne parle pas d’éducation, on parle chiffon". La formule de la députée S Rubin (LFI) résume assez bien la deuxième journée de débats sur la loi Blanquer. Mais il faudrait ajouter : "chiffon puant". Car les 8 heures de débat ont été accaparées par l’examen d’amendements particulièrement réactionnaires déposés par la droite et l’extrême droite. Une nouvelle fois le ministre n’a pas su résister à son attirance vers ce camp. Comme le 11 février pour les drapeaux, les députés LR et JM Blanquer ont fait amendement commun le 12 février. Au petit matin du 13 février, le débat en était encore à l’article 1 de la loi. Le 1bis n’est toujours pas atteint. Il reste encore 850 amendements et quasiment tous les articles à examiner.

L’article complet ici

- L’expresso du du 14 février 2019 : l’instruction obligatoire à 3 ans adoptée

L’instruction devient bien obligatoire de 3 à 6 ans. Mais c’est à fronts renversés que les députés adoptent les articles 2 et 3 de la loi Blanquer. La gauche soutient l’obligation d’instruction à 3 ans pour voir les Républicains et la majorité s’entendre pour vider l’obligation de son sens quand il s’agit des enfants étrangers. La majorité fait adopter des textes sur une formation commune aux intervenants de la petite enfance et amorce une obligation de formation pour les 16 à 18 ans. La question centrale du financement des maternelles privées (article 4) doit être examinée le 14 février. L’Assemblée se traine...

L’article complet ici

- L’expresso du du 15 février 2019 : ça penche vers le privé

"In medio stat virtus". Voilà une formule que JM Blanquer reprend volontiers. Et il le fait le 14 février, dans cette 4ème journée de débat sur la loi Blanquer. Journée difficile puisque le ministre doit affronter des opposants remontés sur le financement des maternelles privées, puis sur l’accompagnement des enfants handicapés. En résumé de la journée : cadeaux du côté du privé, bourse serrée du côté des handicapés. Le "juste milieu" du ministre penche fortement...

L’article complet ici

- Flash spécial du 15 février : L’école du socle adoptée au bulldozer

Toute l’organisation du système éducatif du premier degré vient d’être dynamitée par la loi Blanquer. L’assemblée nationale a adopté en quelques minutes par 35 voix contre 7 l’établissement public des savoirs fondamentaux, autrement dit l’école du socle. Là où les collectivités locales et le recteur le voudront, les collèges et les écoles seront regroupées. Ce regroupement devrait libérehttp://www.cafepedagogique.net/lexp...r des milliers de postes et faire sauter la plupart des directeurs.

L’article complet ici

- L’expresso du 18 février : les établissements des savoirs fondamentaux et l’avenir des directeurs d’école

Comment seront dirigés les établissements publics des savoirs fondamentaux (EPSF) prévus par la loi Blanquer ? Comment va évoluer la fonction de directeur d’école ? Et celle d’inspecteur ? Quelles conséquences de la loi pour l’Ecole et les enseignants ? Les "établissements des savoirs fondamentaux", autrement dit école du socle, sont créés par la loi Blanquer adoptée le 15 février en première lecture par l’Assemblée nationale. Pour connaitre exactement la portée du texte vous trouverez dans cet article le texte reconstitué de la loi après ajout des modifications apportées par les divers amendements. Vous mesurerez ainsi la portée de ce texte qui va maintenant être porté au Sénat. L’EPSF permet une nette diminution des postes dans le premier degré. Il met les professeurs des écoles sous la coupe des principaux de collège.

L’article complet ici

- L’expresso du 18 février : vifs débats sur la suppression du CNESCO

" Je commence à trouver un peu lassants vos arguments". Il y a de l’énervement chez JM Blanquer le 15 février lors de l’examen par l’Assemblée nationale de la loi sur l’école de la confiance. On en est à ce moment là à l’article 9, celui qui prévoit la suppression du Cnesco et la création d’un Conseil d’évaluation de l’école (CEE). Et cela même si le débat est mené au pas de charge. Au terme de discussions où la nécessité d’une évaluation de l’école indépendante du ministre a été rappelée, l’avenir du Cnesco semble toujours peu assuré.

L’article complet ici

L’expresso du 19 février 2019 : la loi Blanquer adoptée par l’Assemblée en 1ère lecture

Quel bilan tirent les députés du débat sur la loi Blanquer ? Lors d’une séance solennelle, le 19 février, 555 députés ont participé au vote en première lecture de la loi "sur l’école de la confiance". Adoptée à une très large majorité grâce aux voix LREM et Modem, la loi a été sévèrement critiquée aussi bien à droite par les Républicains qu’à gauche par les socialistes, LFI ou les communistes. Autant de critiques que le ministre va retrouver au Sénat où LREM n’a pas la majorité. Mais ce ne sera pas avant avril.

L’article complet ici

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 01 46 boulevard de Brou 01000 - BOURG EN BRESSE
- Tel : 04 74 32 61 20
- Email : SNUipp01
- se syndiquer : Et pourquoi ne pas se syndiquer ?

https://www.facebook.com/snuipp.ain/

Présentation de l’équipe du SNUipp-FSU de l’Ain en cette année 2018 - 2019 :

JPEG - 315.5 ko

https://fsu.fr