Retour accueil

Vous êtes actuellement : COVID-19 


fontsizeup fontsizedown impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site

Coronavirus : nos interventions et positions à l’heure qu’il est

mardi 24 mars 2020

Nous sommes entré-es collectivement dans une sorte de tunnel dont la longueur est fluctuante.

On espère tout d’abord que vous vous portez bien.

Sur le métier et les conditions de travail du moment, le SNUipp-FSU01 s’emploie pour l’heure à alerter les "pilotes", dans le but de protéger les personnels, de permettre la continuité de l’accueil des enfants de celles et ceux qui font tourner le pays tant bien que mal (soignants, administratifs, éboueurs, postiers, employés des lieux de vente de produits de première nécessité....)

Lire ici nos communiqués et courriers.

Ce qu’il faut retenir des actuelles positions du SNUipp-FSU 01 :

1. On est solidaires. Entre collègues, avec les soignants et personnels indispensables sur le terrain, avec notre famille, nos proches, nos voisins....On ne peut pas à la fois trouver normal que des personnels remplissent les rayons des supermarchés pour faire nos courses, et trouver anormal que les mêmes personnels nous déposent leur enfant à l’école. C’est donnant-donnant. Ainsi, on accueille si un parent est soignant et l’autre parent n’est pas soignant mais qu’il exerce un métier indispensable et s’ils n’ont aucun autre moyen de garde. Les abus (rares pour l’heure) seront à traiter au cas par cas.

2. On ne joue pas aux héros. Si vous êtes fragile, "à risque", vous restez chez vous le plus possible. Ce n’est pas à vous de faire l’accueil volontaire dans les écoles.

3. Des protections pour les volontaires : masques et gel. Le SNUipp interpelle à tour de bras. N’hésitez pas à faire remonter des difficultés dans telle ou telle commune. Ici ou là des accueils s’organisent. Ne vous laissez pas forcer la main par qui que ce soit. Des modalités différentes s’observent. Des collègues tournent sur 2 jours, 1 jour ou une demi-journée.

4. Il n’y aura pas de "continuité pédagogique" pour les élèves qui viennent à l’école, car elle est impossible. Il y aura trop de turn over d’adultes face aux élèves pour assurer leur accueil. Tout au plus il y aura quelques activités dites scolaires. Ce n’est pas grave. L’enjeu est ailleurs. Il faut déjà rassurer ces élèves dont les parents sont exposés. Rassurer les parents aussi. Pendant ces beaux jours, on a bien mieux à faire dehors, dans la cour de récré qu’enfermés dans une classe. C’est aussi une question de bon sens pour limiter la promiscuité. Il n’y aura pas de flicage des IEN. Le SNUipp y veille et a déjà condamné ouvertement, à l’IA-DASEN et aux IEN de certains départements (pas le nôtre heureusement !), le tableau de remontées des activités...

5. "Continuité pédagogique" pour les autres. Vraiment ? Blanquer ne parle que de ça... Certes, le lien avec le maître ou la maîtresse est important en ces temps inédits. Cela peut être rassurant pour nos élèves. Pour autant, les élèves sont redevenus enfants, car ils sont à la maison. Il n’est pas possible de trop les charger de propositions pédagogiques. Il faut savoir raison garder. Pour qui travaillons-nous ? Pour notre conscience ? Pour Blanquer ? Ou pour nos élèves ? Nos élèves certainement...Or, nos élèves redevenus enfants ne travailleront pas comme s’ils étaient à l’école. Ce n’est pas grave... Les parents télétravaillent à la maison, il y a du stress en cette période incertaine, des familles sont très éloignées des codes de l’école, ou tout simplement ne réunissent pas les conditions matérielles pour le faire...(pas d’ordi, ou ordi à partager entre parents au télétravail et fratrie d’enfants avec chacun leur petit travail scolaire à faire...).

Le travail à domicile, nous le savons, exacerbera les disparités, les inégalités. Des enfants ne seront pas accompagnés à la maison pour ces tâches dites "scolaires". Pire, certains seront mal accompagnés à la maison. Nous avons la responsabilité de le prendre en compte et de limiter les attendus. Entre militant-es du SNUipp, (certain-es d’entre nous sommes aussi parents), nous avons constaté des disparités de quantités de tâches à faire allant du simple au triple en terme de temps pour des élèves de même niveau !!! Il faut absolument calmer le jeu, et limiter les attendus. Privilégions qqs tâches et laissons le reste de côté. Si des familles sont en demande, insistons sur la valeur facultative des tâches complémentaires. Nous pensons que cela soulagera les familles qui rencontrent des difficultés, mais aussi permettra aux élèves demandeurs de poursuivre par d’autres activités basées davantage sur le ludique ou la découverte. Quand à organiser des apprentissages nouveaux, là le ministre lui-même se contredit dans son vademecum ! Nous en restons à des révisions. Soyons réalistes.

6. Travailler le samedi, le dimanche, le mercredi...? Pour le SNUipp-FSU 01, on ne travaille pas sur ces temps, mais... pas d’opposition au bénévolat solidaire. Nous ne laisserons pas être inscrit dans le marbre que les enseignant.es peuvent être réquisitionné.es par leur administration un mercredi, un samedi ou un dimanche. Si cela arrivait nous nous opposerions immédiatement.

Nous avons toutes les raisons de nous méfier de ce que le gouvernement pourrait faire d’une telle mesure après la crise du Covid-19 et notamment avec la loi d’urgence sanitaire qui lui permet de revenir déjà sur des droits (congés imposés, 35h) et qui lui permet de légiférer sans le parlement...

Déjà le ministre Blanquer a évoqué la modification du calendrier scolaire. Inacceptable ! Pense-t-il que nous nous reposons ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 01 46 boulevard de Brou 01000 - BOURG EN BRESSE
- Tel : 04 74 32 61 20
- Email : SNUipp01
- se syndiquer : Et pourquoi ne pas se syndiquer ?

https://www.facebook.com/snuipp.ain/

Présentation de l’équipe du SNUipp-FSU de l’Ain en cette année 2019 - 2020 : JPEG - 1.1 Mo

https://fsu.fr